Les Complications Possibles de l’Accouchement, Tout Savoir pour Être bien Informé

Le grand jour J arrive à grands pas, vous comptez les jours restant avant de pouvoir tenir enfin votre enfant dans vos bras. Même si le temps semble passer à une vitesse ralentie en ces derniers jours, certaines femmes se culpabilisent en quelque sorte car c’est les derniers moments qu’elles ont pour prendre entièrement soin d’elles et faire ce qu’elles veulent et il faut dire que même si cette attente est pénible, l’excitation est à son comble et cela représente un très beau moment. En fait, on peut comparer cela à un enfant quelques jours avant de déballer les cadeaux des Fêtes, une fois qu’il les a ouverts, il se dit que ce moment était fort agréable.

Si vous n’avez pas réellement de connaissances à ce sujet, que vous avez eu plusieurs “peurs” de vos copines qui racontaient leurs difficultés et problèmes lors de l’accouchement ou encore que vous n’avez pas eu la chance de suivre des cours prénataux, sachez que vous êtes à la bonne place. Les complications de l’accouchement et la grossesse qui suivent ne doivent pas être lu en ayant la peur que cela vous arrive mais cela devrait plutôt vous rassurer car la grande majorité des femmes qui accouchent ne vivent aucune difficulté pendant et après l’accouchement de cet enfant tant attendu.

Les Complications Pendant et Après l’Accouchement

L’Anxiété et la Peur

Il est tout à fait normal de ressentir de la peur et de l’anxiété au fur et à mesure que la date présumée de l’accouchement arrive, encore plus si cela est votre première grossesse. Toutefois, la peur et l’anxiété sont des émotions nocives en quelque sorte lors de votre accouchement puisque cela apporte des répercussions lors de votre travail et cela est davantage accentuées lorsqu’il arrive des complications pour la mère et/ou le foetus.

En ressentant ainsi de la peur et de l’anxiété avant et pendant le travail, cela peut en effet augmenter l’intensité de la douleur reliée à l’accouchement donc la femme devient moins “productive” lors des poussées, le travail devient alors plus long et ardu non seulement pour la femme mais aussi pour le conjoint (lui étant plus stressé).  De plus, la libération de catécholamines (composés organiques fabriqués à partir de la tyrosine et jouant un rôle d’hormone et de neurotransmetteur) augmente encore davantage la souffrance que les femmes ressentent lors de l’accouchement (contractions et expulsion du bébé) et provoque un dysfonctionnement du myomètre (tunique musculaire de l’utérus) ce qui rend le travail plus difficile et inefficace.

Syndrome de Stress Post-Traumatique

Le SSPT (syndrome de stress post-traumatique) résulte principalement d’une grande peur, de l’anxiété mais aussi d’une perte de maîtrise de soi lors du travail de l’accouchement. Les femmes ayant eu plusieurs femmes, ayant eu quelques complications et qui n’étaient pas satisfaites des soins qu’elles ont reçu sont prédisposées à souffrir de SSPT qui connaît comme symptôme une grande peur paralysante, de l’horreur, des sentiments d’impuissance, le déroulement de la situation traumatique régulièrement, l’insomnie, l’anxiété chronique, etc.

Ces personnes doivent alors consulter son médecin qui pourra alors soit prescrire des médicaments pour contrer ou atténuer les symptômes de SSPT ou encore orienter sa cliente vers une thérapie ou autres professionnels de la santé.

Hypertonie Utérine 

L’hypertonie utérine est une augmentation du myomètre (tunique musculaire de l’utérus) et une non-cohérence (non-coordination) dans les contractions utérines. Généralement, la fréquence des contractions augmente au fil que le travail progresse mais l’intensité de celles-ci n’augmente pas nécessairement, elles peuvent même diminuer en intensité. Malgré ce que l’on croit, les contractions ne provoquent pas l’avancement du travail, c’est-à-dire la dilatation du col et l’effacement du col.

L’hypertonie utérine est causée par la présence de contractions plus fortes au milieu utérin contrairement au fond utérin ou encore aux impulsions non-cohérentes ou désordonnées.

Les dangers que provoque l’hypertonie chez la femme sont:

  • déshydratation 
  • diminution de la force, la capacité et de l’énergie
  • un grand épuisement
  • un travail plus long et ardu
  • une douleur plus grande que la normale
Les dangers pour le bébé sont:
  • une pression plus longue que la normale sur la tête du foetus ce qui peut causer une bosse sérosanguine (bosse de sang), un modelage important ou encore un céphalhématome (épanchement de sang entre le périoste et l’os mais cela disparaît au bout de quelques semaines ou mois)
  • une douleur pour le foetus car les contractions augmentent ce qui dérange les échanges utéro placentaires. 
Grossesse Prolongée
La grossesse prolongée est une grossesse qui a une durée de plus de 42 semaines complètes de gestation ou encore 294 jours de grossesses. Il y a 14 ans, en 1997, le taux de grossesse prolongée était de 3% à 7% donc cela est peu fréquent. Il n’y a pas de cause exacte à la grossesse prolongée toutefois, elle est plus fréquente chez les femmes connaissant leur première grossesse ou encore chez les femmes de 35 ans et plus. 
Les risques d’une grossesse prolongée pour la femme sont:
  • un stress psychologique surtout envers la santé de l’enfant
  • déclenchement artificiel du travail pour l’expulsion du foetus
  • travail plus long
  • risque d’accouchement avec les ventouses ou les forceps
  • risque de césarienne
  • augmentation des risques de macrosomie foetale (poids et croissance excessive chez le foetus) cela étant plus fréquent chez les femmes diabétiques
  • augmentation de la pression artérielle, hypertension 

Les risques pour le foetus sont:

  • aspiration de liquide amniotique avec méconium (selles)
  • augmentation des risques de la compression du cordon ombilical causé par un manque, une insuffisance de liquide amniotique
  • diminution du poids lors de la naissance
  • diminution de l’irrigation placentaire
Hypotonie Utérine
Contrairement à l’hypertonie utérine, l’hypotonie utérine consiste à des contractions utérines d’une fréquence inférieure à 2 ou 3 contractions en 10 minutes, donc le travail est peu efficace. Les causes de l’hypotonie utérine sont un gros foetus, des grossesses multiples qui ont peut-être causé des étirements des fibres utérines, une grande multiparité (plus de 2 enfants ou grossesses), des contractions non coordonnées, une distension vésicale ou intestinale, etc.
Les risques pour la mère sont:
  • infection dans l’utérus si le travail est long
  • épuisement, fatigue physique et mentale
  • hémorragie si les contractions sont inefficaces, le travail n’avance pas aussi vite 
  • formation d’un anneau de rétraction
Les risques pour le bébé sont:
  • infection du sang (septicémie)
  • douleur et souffrance foetale
Travail et Accouchement Précipité
Le travail précipité est un travail qui dure moins de 3 heures. Je sais qu’ici, plusieurs femmes doivent se dire que c’est le rêve et qu’il en est mieux ainsi mais le travail précipité comporte tout de même certains risques pour la maman et le bébé. Il est généralement observé chez la femme ayant eu plusieurs grossesses (comme on dit si bien, le chemin est déjà tracé), un grand bassin, un petit bébé dans une bonne position ou encore des antécédents personnels ou familiaux de travail précipité. Cela se produit parce que les contractions utérines sont fréquentes, intenses et efficaces mais aussi parce que le foetus descend rapidement dans la filière pelvi-génitale. 
Les dangers pour la mère sont:
  • hémorragie lors de l’expulsion du foetus ou lors de la délivrance
  • risque de déchirure et donc d’infection
  • douleurs plus intenses
  • contractions utérines inefficaces après la sortie de l’enfant donc difficulté de sortir le placenta
  • difficultés d’adaptation
Les dangers pour le bébé sont:
  • trauma au niveau du cerveau à cause de la descente rapide
  • souffrance et douleurs
  • Hypoxie (diminution du taux d’oxygène pour les tissus ou cellules) 
Présentation Dystocique  
Lorsque nous parlons d’une présentation dystocique cela est déduit par la position de l’occiput (os du crâne) et cela peut être les présentations de la face, du siège, des épaules ou encore du front. 
Présentation du Visage
La présentation du visage est déterminée par la position du menton du foetus, soit vers le bas, vers l’anus en quelque sorte. La tête du bébé est en hyperextension et cela arrive plus souvent chez les femmes ayant eu d’autres grossesses ou encore chez les prématurés. Cela est plutôt rare, soit 1/500 accouchement. 
Les risques pour la mère sont:
  • risque d’infection (travail plus long)
  • travail plus long
  • possibilité d’accouchement par césarienne 
  • risque de déformation du crâne du bébé soit une disproportion crânienne si le travail se prolonge
Les risques pour le foetus sont:
  • déformation de la tête du foetus (cela se rétablit dans la grande majorité du temps)
  • céphalhématome (épanchement de sang entre le péritoine et l’os)
  • oedème au niveau du visage, de la gorge et du menton
Présentation du Front 
Lors de la présentation du front, le point de repère est le sinciput (sommet de la tête) et généralement, la tête du foetus est en légère déflexion et cela représente le plus grand diamètre du crâne de l’enfant qui mesure en général 13 cm. alors qui s’engage dans la filière pelvi-génitale. Les femmes qui sont plus à risque d’une telle présentation du foetus sont les femmes ayant eu plusieurs autres grossesses et cela serait causé principalement par une faiblesse de la musculature pelvienne et abdominale. Il arrive fréquemment que cette présentation change pour devenir une présentation du sommet ou du visage. 
Les risques pour la femme sont:
  • risque de césarienne si la présentation demeure le front
  • travail plus long
  • contractions inefficaces
  • arrêt de la descente foetale donc augmentation du temps du travail
Les risques pour le bébé sont:
  • augmentation de la mortalité parce qu’il y a une compression crânienne donc c’est pour cette raison que souvent, il y a des césariennes lors de cette présentation
  • oedème facial, de la gorge, du front et du menton
  • modelage excessif de la tête
Présentation des Épaules
Selon moi, si la femme accouche un enfant ayant une présentation des épaules, elle ressentira alors une plus vive douleur contrairement à une présentation normale puisque les épaules demeurent la plus grande largeur chez le bébé. Cela arrive peu souvent soit 1/300 accouchement et cela est plus présent chez les femmes ayant eu plusieurs grossesses, le placenta praevia (localisation anormale du placenta) ou un relâchement de la musculature utérine. Parfois, certains médecins préfèrent faire une césarienne mais habituellement avant d’en arriver là, les professionnels procéderont à une VCE (version céphalique externe) qui est une méthode pour tourner le foetus par des manipulations externes à travers la paroi abdominale maternelle pour que le bébé ait une présentation céphalique, cela marche dans 50% des cas sinon il serait alors préférable d’avoir recours à une césarienne pour éviter une procidence du cordon ombilical. 
Présentation du Siège
La présentation arrive de 3% à 4% chez les parturientes (accouchements) et cela arrive plus fréquemment chez les femmes qui connaissent un foetus prématurité ou encore un placenta praevia (mal localisation du placenta), une anomalie utérine, plusieurs grossesses ou encore l’hydramnios (excès de liquide amniotique ce qui provoque une surdistension de l’utérus qui arrive plus souvent chez les femmes diabétiques même si elles n’ont pas d’anomalie congénitale) et chez les anomalies foetales comme l’hydrocéphalie (“tête” d’eau). 
Les risques pour la mère sont:
  • accouchement par césarienne
  • douleur
Les risques pour le bébé sont:
  • trauma crânien si l’accouchement est vaginale
  • augmentation des risques de mortalité et morbitité périnatales
  • risque élevé de cordon ombilical autour du cou
  • risque de blessures et lésions au niveau de la moelle épinière
Présentation Mixte
Dans le cas de la présentation mixte, il y a 2 parties du foetus qui se présentent dans la filière pelvi-génitale comme la main et le siège ou encore l’occiput et une main. Généralement, la présentation idéale revient naturellement mais dans les cas que la présentation mixte demeure jusqu’au travail et l’accouchement, il doit y avoir alors des manœuvres pour changer la présentation du bébé et si cela n’est pas efficace, une césarienne pourrait alors être de mise. 

La Position Dystocique

La position foetale occipito-postérieure (OP) est la position dystocique la plus fréquente de nos jours. L’occiput du foetus est dirigé vers le derrière du bassin de la femme mais lors du travail, le foetus adopte naturellement une position foetale occipito-antérieure (OA). Il y a aussi la position occipito-postérieure persistante (OPP) et cela arrive dans 5% des foetus.

Les foetus ayant la position OPP naissant sans trop de difficulté et il n’y a pas besoin de forceps ou de manœuvres particulières. Cela est principalement causé par une mauvaise flexion de la tête du foetus, des contractions inefficaces ou encore un bassin anthropoïde ou androïde.

La Souffrance Foetale

Contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas seulement la mère qui ressent une grande souffrance lors du travail et de l’accouchement mais le foetus aussi peut en ressentir. Cela peut être causé par un manque d’oxygène pour les besoins physiologiques du bébé, la compression du cordon ombilic, l’hypoxie, les maladies déjà présentes chez la mère ou le foetus, les anomalies au niveau du placenta, l’insuffisance utéro-placentaire, etc.

On reconnaît que le foetus est ou a été en souffrance par des tracés de FCF (fréquence cardiaque foetale) inquiétants, des selles (méconiums sont des selles noires) dans le liquide amniotique,  une diminution ou augmentation marquée de la fréquence cardiaque du bébé, etc.

Dans ce cas, ce que les professionnels de la santé doivent faire immédiatement c’est de faire une réanimation intra-utérine qui consiste à prendre des mesures correctives pour favoriser les échanges d’air dans la circulation entre la mère et le foetus. Comme vous vous en doutiez, lorsque la mère sait que son enfant souffre à l’intérieur d’elle, le stress et les difficultés d’adaptations psychologiques deviennent de plus en plus difficiles. Toutefois, vous avez des professionnels avec vous qui feront tout en leur possible pour cesser la souffrance du foetus en procédant à un accouchement vaginal ou par césarienne immédiate, en cessant l’ocytocine, en repositionnant la mère si elle connaît de l’hypotension et plusieurs autres techniques.

Grossesse Multiple

Depuis qu’il existe des techniques de reproduction assistée (TRA), le taux de femme ayant des grossesses multiples est devenu de 1/45 femme aux État-Unis, bref cela a doublé depuis 20 ans. Les raisons des grossesses multiples sont soit la division d’un ovule fécondé ou la fécondation de 2 ovules distincts et les grossesses multiples sont plus fréquentes chez les Afro-Américaines, les femmes ayant eu d’autres grossesses, les femmes ayant un grand surplus de poids et les femmes plus âgées.  On constate une grossesse multiple lorsqu’il y a la présence de 2 sacs gestationnels à la 5 ou 6 ème semaine de gestation (échographie), une fréquence cardiaque de plus de 10 battements par minute lors de l’auscultation, un fond utérin plus haut que la normale et des nausées et vomissements importants puisque le taux de l’hormone de grossesse (hCg) est plus élevé à cause des 2 embryons.

La femme qui est enceinte de jumeaux ou plus connaît un plus grand risque de nausées et vomissements, de fatigue extrême, d’insomnie, d’essoufflement rapide, de douleurs lombaires, de difficulté à respirer pendant un effort, des infections urinaires plus fréquentes, prise de poids plus importante, de l’oedème aux jambes et aux pieds, du diabète gestationnel, une hypertension gestationnelle, des problèmes urinaires (pollakiurie ou nycturie) des vergetures marquées, un risque d’accouchement prématuré ou par césarienne, un placenta praevia, des complications lors de l’accouchement, des présentations dystociques, le cordon ombilical autour du cou, la dysfonction utérine, une hémorragie, des difficultés d’adaptation, etc.

Les dangers pour les foetus sont un taux de mortalité plus élevé soient 10 fois plus que les foetus seuls, un retard de croissance chez les 2 foetus, une prématurité et tout ce que cela entraîne, des problèmes d’anomalies foetales, des présentations dystociques, un faible poids, etc…

La Macrosomie

La macrosomie foetale est lorsque le bébé pèse plus de 4000 g. Cela arrive plus fréquemment chez les femmes Afro-Américaines, les femmes ayant eu plusieurs grossesses, les grossesses prolongées, les femmes diabétiques et les femmes ayant un surplus de poids ou obésité ou encore ayant des antécédents de problèmes de poids.

Les dangers pour la mère sont:

  • déchirure des tissus mous d’où la douleur et la cicatrise
  • infection reliée à la cicatrice
  • disproportion foeto-pelvienne
  • hémorragie lors de l’expulsion du foetus
  • travail dystocique
Les dangers pour le foetus sont:
  • souffrance foetale
  • lésion au niveau du bras ou encore une fracture des clavicules
  • inhalation de méconium (selles foetales noires)
  • dystocie des épaules ( difficultés de l’accouchement en lien au bassin osseux maternel)
  • asphyxie (arrêt de la circulation d’oxygène dans le corps)
La Procidence du Cordon Ombilical
Lorsque le foetus a le cordon ombilical autour du cou, cela constitue une complication de la grossesse assez fréquente. Cela arrive lorsque le foetus descend en avant de la présentation et c’est alors qu’il y a une pression qui est faite sur le cordon ombilical qui est alors coincé entre la présentation et le bassin maternel et c’est alors que la circulation sanguine feoto-placentaire est moindre. 
La mère n’éprouve pas vraiment de risques ou de dangers supplémentaires lorsque le foetus a le cordon autour du cou néanmoins, plusieurs femmes ressentent alors un stress plus intense pour la santé et le bien-être de leur futur enfant. Certaines femmes devront alors subir une intervention inconnue comme la césarienne ou (faible cas) la mort de leur enfant. 
Pour ce qui est des dangers pour le foetus, il est certain que le fait d’Avoir le cordon ombilical autour du cou entrave la circulation entre le foetus et le placenta et cela apporte de la souffrance foetale. Les décès causés par une procidence du cordon ombilical sont causés par un travail déjà commencé et à chaque contraction, cela augmente la pression exercée sur le cordon ombilical autour du cou du foetus et si cette pression n’est pas vite éliminée, l’enfant pourrait alors décéder.
La Disproportion Foeto-pelvienne (DFP)
La disproportion foeto-pelvienne arrive lorsque le foetus est plus gros que les diamètres pelviens, c’est-à-dire la distance de la filière pelvi-génitale qui constitue le bassin qui s’étend du détroit supérieur au détroit inférieur et les tissus mous qui s’y retrouvent à l’intérieur. 
Dans cette situation, le foetus tentera de s’adapter à cette filière en changeant de positions et prenant des présentations dystociques. Les femmes qui ont un bassin anthropoïde ou gynécoïde peuvent accoucher naturellement sans problème mais les femmes ayant un bassin plutôt androïde ou platypellique augmentent les risques de présentations dystociques et il est très difficile alors d’avoir un accouchement vaginal.
Les risques pour la mère sont:
  • augmentation du temps du travail
  • risque de rupture de l’utérus
  • nécrose (mort) des tissus mous
  • contractions utérines inégales
  • difficulté dans la rupture des membranes
  • fistules
  • accouchement possible avec des forceps (augmentation du stress et difficulté d’adaptation)
  • augmentation de la douleur
Les risques pour le bébé sont:
  • souffrance foetale
  • modelage de la tête
  • procidence du cordon ombilical 
  • lésion du crâne (forceps)
Les Déchirures
Les saignements rouges clairs et constants, l’utérus demeure toujours bien contracté, il peut y avoir la présence d’une déchirure au niveau vaginal ou du col. Elles sont plus fréquentes chez les femmes vivant leur première grossesse, les jeunes mamans, les femmes ayant eu recours à l’épidurale, qui ont eu recours à une épisiotomie, les forceps ou qu’elles n’ont pas reçu des massages périnéaux lors de leur grossesse. 
Il y a 4 degrés de déchirures soit:
  • déchirure du premier degré (se limite aux points de jonction des petites lèvres, à la peau du périnée et à la muqueuse vaginale)
  • déchirure du deuxième degré ( touche la peau du périnée, les muscles du périnée, la muqueuse vaginale et le fascia jusqu’à 1 côté du vagin ou les 2)
  • déchirure du troisième degré ( la muqueuse vaginale, la peau du périnée, le périnée, l’anus et peut s’étendre jusqu’à la paroi antérieure du rectum)
  • déchirure du quatrième degré ( idem déchirure du 3ème degré sauf que cela touche aussi la muqueuse rectale)
Placenta Accreta, Increta et Percreta 
Le placenta accreta est un placenta en rétention en quelque sorte dans laquelle il y a la présence de villosités qui sont attachés au myomètre (tunique musculaire de l’utérus). Le placenta increta est un placenta dont les villosités recouvrent le myomètre et le placenta percreta est que les villosités pénètrent dans le myomètre. Cela peut causer une hémorragie puisque le  placenta a de la difficulté à décoller après l’expulsion du bébé. 
Placenta Praevia
Le placenta praevia représente l’insertion du placenta au segment inférieur de l’utérus contrairement au segment supérieur. Lors des dernières semaines de la grossesse, la dilatation du segment inférieur et les contractions permettent de détacher les villosités placentaires ce qui provoque un saignement qui peut être léger ou important tout dépendamment de la quantité de sinus utérins du siège du placenta. Cela arrive assez souvent, soit 1/200 accouchement et les risques augmentent si vous aviez déjà eu un placenta praevia. 
Cela apporte quelques risques pour le foetus donc un changement dans la fréquence cardiaque foetale, la présence de méconiums (selles noires) dans le liquide amniotique et si la femme souffre d’hémorragie, il peut y avoir une hypoxie foetale augmentant les risques de décès du foetus. Lorsque les professionnels constatent qu’il y a une souffrance foetale (puisque la présentation peut entraver la bonne circulation sanguine), une césarienne est pratiquement obligatoire pour le bien-être de l’enfant. 
 
 
Mon Avis Personnel
Il est vrai qu’il y a plusieurs complications lors de la grossesse ou encore lors de l’accouchement (vaginale ou césarienne) mais puisque la grossesse est quelque chose d’assez complexe en soi, il est certain qu’il y a des risques autant pour la mère que le foetus. En lisant ces complications, j’espère ne pas avoir augmenté votre stress mais plutôt vous rassurer en quelque sorte car les complications n’arrivent pas aussi souvent que l’on peut penser et même si cela arriverait, au moins, vous savez à quoi vous attendre, ce qui diminuera par le fait même votre stress et anxiété. Si vous vous seriez retrouvé avec des complications lors de l’accouchement et que vous ne saviez aucunement ce qu’était cette complication, votre stress aurait été encore plus élevé que si vous savez ce qu’il se passe brièvement. 
Le rêve des femmes qui sont sur le point d’accoucher est d’avoir un bon accouchement mais surtout que le bébé ainsi qu’elle-même soit en santé, c’est tout ce qu’il compte. Cela ne sert à rien de paniquer à l’idée d’accoucher car le stress est très néfaste pour votre santé, celle de votre bébé mais aussi pour votre accouchement. Si vous êtes une femme qui avez suivi des cours prénataux, pratiquez les exercices de respirations, restez centrée sur vous et concentrez-vous lors de vos poussées et contractions. 
Si vous éprouvez des malaises, douleurs ou inconforts ou encore si vous avez besoin de poser des questions, n’hésitez pas à consulter votre médecin. 
Katherine-Roxanne Veilleux on FacebookKatherine-Roxanne Veilleux on GoogleKatherine-Roxanne Veilleux on InstagramKatherine-Roxanne Veilleux on LinkedinKatherine-Roxanne Veilleux on PinterestKatherine-Roxanne Veilleux on Twitter
Katherine-Roxanne Veilleux
Katherine-Roxanne Veilleux
CYBERENTREPRENEURE ET BLOGUEUSE chez MaigrirSansFaim.com
Pour avoir moi-même vécu des problèmes de surplus de poids à mon adolescence, je sais ce que c’est que de ne pas se sentir bien dans sa peau et de ne pas se trouver beau ou belle. Si vous vivez la même chose, je connais les difficultés, les peurs et l'incompréhension que vous pouvez ressentir. Entre 2005 et 2006, j’ai perdu 33 kilos sans suivre de régime mais plutôt en adoptant de saines habitudes alimentaires et un mode de vie beaucoup plus actif. J'ai depuis développé une passion pour la cuisine et c'est pourquoi, en 2010, j'ai crée mon premier site web pour venir en aide aux personnes qui désirent perdre du poids sans régime pour enfin, se retrouver peu à peu, s'aimer, s'accepter de nouveau et être mieux dans leur peau. En ayant perdu ce poids tout simplement en intégrant une saine alimentation à mon quotidien, j'ai voulu partager mes trucs personnels pour vous aider vous aussi à perdre du poids sans casse-tête afin d'avoir des résultats durables. Au fil des années, j'ai crée de nombreux recueils de recettes et programmes minceur pour venir en aide à mes lecteurs et les soutenir dans leur démarche de perte de poids.

4 réponses sur “Les Complications Possibles de l’Accouchement, Tout Savoir pour Être bien Informé”

  1. Heureusement que je n’ai pas lu ça avant d’avoir mes enfants …

    * Le syndrome de stress post traumatique est fréquent, mais APRÈS l’accouchement, souvent suite à un accouchement violent, ou les besoins de la femme ont été piétinés sans raison (fréquent en maternité), ou la naissance a été rendue difficile par des interventions inutiles et à risques. Parfois l’accouchement peut être traumatique aussi pour des raisons de pathologies maternelles et ou foetales.

    * L’hypertonie utérine : fréquente en cas d’utilisation en dépit du bon sens d’ocytocine ou pire de cytotec (qui n’a pas d’autorisation de mise sur le marché pour l’accouchement sur enfant vivant – et pourtant, ça ne gêne pas certaines maternités pour l’utiliser …)

    * L’hypotonie utérine : fréquente aussi en cas d’utilisation d’ocytocine trop longtemps (oui l’ocytocine peut avoir deux effets inverses … selon les femmes, les doses, les durées) … l’ocytocine artificielle bloquant la production d’ocytocine naturelle, ça peut être dramatique après la naissance du bébé.

    * Bébé qui se présente en “OPP” – ici on dit en OS – occipito sacré, il nait en regardant le ciel … C’est SURTOUT un problème quand la femme accouche sur le dos immobile sous péri … c’est là qu’on retrouve des accouchements dystociques bébé qu’il faut extraire par forceps et délabrement périnéal, graves déchirures (souvent consécutives à une épisitomie) … Mais si la femme accouche physiologiquement (réellement physiologiquement : libre de ses mouvements et positions, de bouger, de boire, de manger si besoin, sans aucune contrainte artificielle …), la position OS ne pose souvent pas plus de problème – je n’accouche que comme ça … jamais subi de forceps. Et pourtant je fais des bébés macrosomes …

    * c’est bien la première fois que je lis que l’accouchement rapide (vous utilisez tout le long des termes anxiogènes … pourquoi ne pas utiliser “rapide” beaucoup plus positif que “précipité”) est dangereux … ma mère a accouché de ses 5 gros bébés (entre 3kg8 et 4kg5) en moins de 2h chaque fois, sans le moindre soupçon de déchirure … pas mal pour une femme de 1m57, gabarit proportionnel, non ?
    mon 3ème est né en 2h30, il était “macrosome”, expulsion en 2 poussées réflexe … un vrai BONHEUR ! (tout allait bien pour nous merci)
    j’ai cotoyé nombre de mamans, dont certaines accouchaient très vite. Rien de ce que vous décrivez n’est arrivé …

    * “une grande multiparité (plus de 2 enfants ou grossesses)” euh suivant les études médicales, une grande multipare c’est à partir AU PLUS BAS de 5 enfants … pas 2 enfants !

    * on en arrive au bébé “macrosome” … le problème du bébé macrosome, ce n’est pas tant sa macrosomie que les conditions dans lesquelles on oblige sa mère à accoucher aujourd’hui. Immobile, sur le dos, sous péri (vu que immobile sur le dos ça décuple la douleur), et ocyto (vu que la péri a une sale tendance à ralentir le travail et le rendre moins efficace) …etc, l’autoroute pour fermer le bassin et le bloquer en position la plus étroite. Ou l’art et la manière de créer des problèmes de toutes pièces …

    * Disproportion foeto pelvienne, ou le très fameux “bassin rétréci” …
    déjà si les femmes n’étaient pas bloquées sur le dos, on verrait chuter rapidement le nombre de femmes qui ont droit à cette étiquette …
    la pelvimétrie, qui produit un nombre incroyable de bassins “””rétrécis””” est un examen qui n’a qu’un nombre extrêmement bas de réelles indications médicales. Utilisée à tout va et ne sert qu’à faire grimper nettement le taux de césariennes inutiles, créer une anxiété nocive et sans fondement chez la future maman, et décupler le nombre de femmes convaincues d’être malfoutues et incapables de donner la vie par elle mêmes.

    * Cordon autour du cou : pourquoi en parler dans le chapitre “procidence” ? ça n’a RIEN à voir …
    vos remarques sont anxiogènes au possible – inutilement anxiogènes. Un bébé sur trois nait avec au moins un tour de cordon autour du cou – voire plus … Et ? ça ne cause aucun problème dans la très grande majorité des cas. Mon 3ème avait 2 tours autour du cou, ça ne l’a pas empêché de naitre comme une fusée 😀 … (et il était macrosome …)

    * ça serait bien de préciser que placenta praevia et acreta ne tombent pas du ciel comme ça … ils sont souvent la conséquence de blessures utérines (curetage post IVG ou FC, césarienne, toute intervention chirurgicale causant une lésion à l’utérus …).

    Il y en aurait encore bien à dire …

  2. Bonjour Blandine

    Comment allez-vous ?

    Je suis vraiment désolée si j’ai utilisé des termes anxiogènes, ce n’était pas du tout mon intention.

    À noter que cet article date de 2011 et depuis ce temps, je suis devenue moi-même maman en mars 2016 🙂

    Mon bébé est né avec 4 tours de cordon (ça faisait TRÈS longtemps que le médecin n’avait pas vu ça) mais heureusement, ces tours de cordon étaient “lousses” et mon bébé est né en parfaite santé.

    Depuis 2011, en fait, depuis que je suis tombée enceinte et que je suis devenue maman, j’ai beaucoup “appris” au niveau de l’accouchement.

    Quand nous ne sommes jamais passée par là, on ne peut pas réellement savoir mais maintenant, je peux confirmer et approuver vos propos 🙂

    Vous avez eu de bons bébés (grosseur) 🙂 Ici, on les calcule en livres et onze. Mon bébé est né à 7 lbs et 6 onzes …faut dire que j’ai accouché à 41 2/7 semaines de grossesse. J’avais un utérus 5 étoiles (ce que le médecin m’a dit pour me faire rire) hihihi 🙂

    Merci Blandine pour votre commentaire 🙂
    Je vous souhaite une belle journée
    Cordialement
    Roxanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *