Inscrivez-vous
Mot de passe oublié
Connexion
Mon Profil
Mes Sujets

La boulimie, l’anorexie et la grossesse – Quels sont les risques pour la maman et le bébé?

La nourriture occupe une grande valeur émotive pour tous. Elle a aussi un symbole culturel puissant. Elle représente la sécurité, la vie, le bien-être, autrefois la richesse. Les troubles de comportement alimentaire ne datent pas d’hier. Cela fait des siècles que majoritairement des femmes, souffrent de boulimie et d’anorexie. À cette époque et encore un peu aujourd’hui, ce trouble est un sujet tabou.

Lorsque l’on parle de trouble de comportement alimentaire, cela regroupe plusieurs troubles, et non seulement l’anorexie et la boulimie, mais aussi l’hyperphagie boulimique et la boulimie, des troubles alimentaires qui donnaient des caractéristiques différentes. Ces problèmes qui sont aussi d’ordre affectif et psychologique sont de plus en plus en importance de nos jours puisque les pressions sociales et médiatiques au niveau de l’apparence physique sont de plus en plus fortes.
Qu’est-ce que l’anorexie mentale?
L’anorexie mentale est une maladie psychologique et psychiatrique dans laquelle les femmes sont 99% plus exposées que les hommes. Ces personnes anorexiques refusent l’ingestion complète ou très partielle d’aliments et ressentent une encore plus grande peur lors d’une exposition à des aliments riches en gras ou en sucre. C’est l’un des troubles alimentaires les plus présents dans nos sociétés, car on sait que l’image  idéalisée de nos est une femme mince, pour ne pas dire maigre, avec une poitrine volumineuse, des jambes infiniment longues, les cheveux longs blonds, etc.
De plus, l’anorexie est connue comme étant une très grande restriction alimentaire provenant d’une obsession envers la nourriture et la perte de poids  où les personnes touchées mangent pratiquement rien, font une quantité de sports excessive ou pas, peuvent avoir recours à des laxatifs ou vomissements et on comprend que cela entraine une importante perte de poids, dans un indice de masse corporelle de la maigreur, soit moins de 16.
Quoique  la première chose que nous pensons lorsque nous parlons d’anorexie soit une personne maigre, l’anorexie mentale est une maladie mentale beaucoup plus profonde que l’apparence physique. C’est un mal-être interne qui peut entrainer beaucoup de conséquences graves et MORTELLES. Par contre, de nombreux outils sont disponibles pour les personnes qui en souffrent, notamment des thérapies­.
Les causes de l’anorexie
Facteurs biologiques
  • Antécédents familiaux de dépression et/ou de trouble d’alimentation
  • Tendance familiale à l’obésité
Facteurs socioculturels
  • Industrie de régimes amaigrissants et de l’exercice physique
  • Industrie de la mode
  • Changements importants dans le rôle féminin
  • Pression de l’entourage
Facteurs psychologiques
  • Faible estime de soi
  • Perfectionnisme
  • Instabilité émotionnelle : changement d’humeur
  • Déficits intéroceptifs incapacité de reconnaitre les sensations corporelles et à y répondre comme la faim, la satiété, la fatigue ou la douleur. Aussi, ils ne peuvent reconnaitre leurs émotions.
  • Inefficacité
  • Docilité, facilement influençable
  • Besoin de faire plaisir aux autres
Facteurs familiaux
  • Familles enchevêtrées: relation familiale dans laquelle les enfants doivent se conformer aux attentes des parents au lieu d’exprimer leur unicité.
  • Mauvaise résolution des conflits
  • Problème de solitude et de séparation
  • Présence d’alcoolisme, d’abus sexuels et physiques, de violence physique et verbale
Qu’est-ce que la boulimie?
La boulimie est un trouble du comportement alimentaire au même titre que l’anorexie. Par contre, ce qui la différencie de la boulimie réside dans le comportement lui-même soit d’ingérer une quantité importante d’aliments en un très court laps de temps pour ensuite avoir recours à des laxatifs, diurétiques, exercices physiques intenses, restriction alimentaire ou vomissements provoqués afin de compenser cette grande prise d’aliments. Ces comportements arrivent fréquemment et sont durables dans le temps. La boulimie est le trouble alimentaire le plus présent dans notre société, soit 2% de la population en général, contrairement à 1% pour l’anorexie. Par contre, contrairement à l’anorexie, les personnes boulimiques ont un poids faible, normal ou un surplus de poids.
Les causes de la boulimie
Tout comme l’anorexie, cette maladie mentale est causée par de nombreux facteurs émotionnels, physiques, psychologiques, familiales, environnementaux, sociales, etc. Bref, les causes restent sensiblement les mêmes que celles de l’anorexie.
Facteurs biologiques
  • Antécédents familiaux de dépression et/ou de trouble d’alimentation
  • Tendance familiale a l’obésité
Facteurs socioculturels
  • Industrie de régimes amaigrissants et de l’exercice physique
  • Industrie de la mode
  • Changements importants dans le rôle féminin
  • Pression de l’entourage
Facteurs psychologiques
  • Faible estime de soi
  • Perfectionnisme
  • Instabilité émotionnelle : changement d’humeur
  • Déficits intéroceptifs incapacité de reconnaitre les sensations corporelles et à y répondre comme la faim, la satiété, la fatigue ou la douleur. Aussi, ils ne peuvent reconnaitre leurs émotions.
  • Inefficacité
  • Docilité, facilement influençable
  • Besoin de faire plaisir aux autres
Facteurs familiaux
  • Familles enchevêtrées: relation familiale dans laquelle les enfants doivent se conformer aux attentes des parents au lieu d’exprimer leur unicité.
  • Mauvaise résolution des conflits
  • Problème de solitude et de séparation
  • Présence d’alcoolisme, d’abus sexuels et physiques, de violence physique et verbale
La boulimie, l’anorexie et la grossesse – Quels sont les conséquences et les dangers? 

Les troubles de comportements alimentaires sont difficiles à vivre pour les personnes qui en souffrent mais aussi par l’entourage.

Ce n’est pas parce qu’elles souffrent de boulimie et/ou anorexie qu’elles n’ont pas le droit au bonheur, bien au contraire. Ce n’est pas parce qu’elles souffrent de troubles de comportements alimentaires que ces personnes sont célibataires. Elles peuvent aussi être en relation avec des hommes formidables qui sont présents pour elles, qui ne souhaitent que leur bien-être physique et mental, qui souhaitent plus que tout qu’elles vont se sortir de cet enfer, etc.

Ces femmes ont des sentiments et lorsqu’elles sont en relation, elles ont aussi des rêves, des projets, des envies. Cela peut être aussi d’accueillir un nouveau membre de la famille en souhaitant avoir des enfants.

Si vous souhaitez avoir un enfant, dans un premier temps, il faut consulter votre médecin car l a dénutrition est très dangereuse et pour vous mais aussi pour votre futur enfant. Il se pourrait aussi que vous connaissiez des problèmes d’infertilité alors si vous souffrez d’aménorrhée, consulter votre médecin, votre psychiatre ou votre gynécologue. Bref, il FAUT (très préférablement non seulement pour vous mais aussi pour votre enfant) que vous soyez suivi par un professionnel de la santé et que vous soyez sur la bonne voie avant d’essayer d’avoir un enfant. Il n’y a rien de honteux là-dedans au contraire, vous montrez votre force et ça, c’est totalement remarquable.

Même s’il est vrai que les femmes ayant des troubles de comportements alimentaires peuvent avoir des problèmes à concevoir un enfant, elles peuvent tout de même tomber enceintes volontairement ou non volontairement et c’est pourquoi plusieurs femmes ayant un TCA vivent des grossesses non désirées si on veut.

Si vous êtes présentement enceinte et que vous souffrez toujours d’anorexie et/ou boulimie, il serait important de prendre en considération les risques que vous et votre enfant courez si vous ne recevez pas l’aide requise.

Rien de sert de se priver

Premièrement, il serait néfaste pour vous et votre enfant de couper vos apports caloriques ou de vous restreindre car étant enceinte, vous allez prendre du poids, le mot grossesse le dit bien. Il faut que vous mangiez sans quoi ,vous risques de perdre cet enfant! Peut-être que dans vos émotions et dans l’intensité et la profondeur de ce cercle vicieux, votre poids, votre apparence physique et le contrôle sont plus importants que la vie d’un “enfant” (ici, je tiens à afficher mon avis personnel sur quoi, étant enceinte, la vie est déjà en nous donc j’emploie le terme enfant et non foetus mais c’est un avis PERSONNEL). Cependant, votre côté rationnel vous fera savoir que non, le poids et l’apparence physique doivent passer en second plan, l’important c’est la santé, le bien-être et le développement de votre enfant à venir.

Si vous vous privez davantage dans le but de ne pas prendre du poids ou de limiter la prise de poids, sachez que vous allez en prendre quand même ou vous risquez de faire une fausse couche. Même les femmes dans les pays sous-développés qui mangent peu prennent du poids pendant leur grossesse et à mon avis, cela remonte à il y a très longtemps. Il y a des centaines et des centaines d’années (selon vos croyances), les femmes mangeaient peu et prenaient tout de même du poids pendant leur grossesse. C’est une réaction que le corps à entrepris pour la survie de ces 2 êtres et encore aujourd’hui, c’est le même mécanisme à mon avis.

Santé émotionnelle

Si une femme anorexique apprend qu’elle est enceinte alors que ce n’était pas prévu, elle pourrait avoir tellement peur de perdre le contrôle de sa vie (qu’elle contrôle par les purges, l’hyperphagie ou le contrôle des portions et aliments consommés) qu’elle pourrait subir un avortement car elle sait qu’elle pourrait faire courir des risques à cet enfant et peut-être ne se sent-elle pas prête à donner vie.

L’avortement est une épreuve extrêmement difficile pour une femme même si c’était la meilleure à chose selon elle (et le copain). C’est un deuil et il faut passer par les 5 étapes. Les femmes vont souvent se demander à quoi aurait ressemblé cet enfant, quel aurait été son nom, quel aurait été son caractère, quel aurait été son premier mot, etc.

Si par contre, la femme souffrante de TCA tombe enceinte et que cet enfant est désiré, dans la majorité du temps (66%) , la femme va (consciemment ou inconsciemment) constatée une diminution des symptômes de son trouble alimentaire. Elle pourrait alors manger plus, bouger moins, diminuer les vomissements ou autres types de purges, etc. Bien sûr la peu de grossir et de perdre le contrôle peuvent être toujours présents mais à mon avis, c’est comme si l’instinct maternel (l’instinct le plus fort je crois) prenait le dessus du TCA et que cette grossesse lui donne la force supplémentaire pour affronter ses plus grandes peurs.

Donc, côté santé émotionnelle, la femme va passer par de nombreux sentiments mitigés, sera inquiète, stressée, apeurée, triste ou en colère même. C’est donc un autre danger de la grossesse quand la personne souffre d’anorexie et/ou boulimie.

Il y a aussi évidemment des risques de déprime ou de dépression et c’est pourquoi l’entourage, le conjoint et les professionnels de la santé doivent être présents pour cette jeune femme.

Grossesse à risque 

La personne souffrant d’anorexie et/ou boulimie a de plus grands risques de connaître une grossesse à risque c’est-à-dire d’avoir des complications pendant et après  la grossesse ou encore de donner naissance à un enfant prématuré, à faible poids, avec des problèmes de santé d’ordre physiques ou mentaux et même la mort in utéro. .

Complications possibles pour l’enfant

  • Bébé prématuré
  • Bébé à faible poids
  • Problèmes d’ordre physique ou mental
  • Mort utéro
  • Hypotrophie foetale
  • Problèmes respiratoires
  • Retard de croissance
  • Retards mentaux
  • Malformations

Complications possibles pour la femme 

  • Accouchement prématuré
  • Anémie
  • Infection génitale ou urinaire
  • Dépression post-partum
  • Fatigue physique, mentale et émotionnelle
  • Douleurs
  • Perte de connaissance
  • Hypotension
  • Hypoglycémie
  • Hypokaliémie
  • Faiblesse musculaire
  • Difficulté relationnelle
Mon avis personnel

N’hésitez surtout pas à consulter votre médecin si vous êtes enceinte que ça soit désiré ou non ou si vous souhaitez devenir enceinte alors que vous souffrez de TCA.

Généralement, les femmes souffrant de boulimie diminuent de 40% leur fécondité (tout dépendamment de la fréquence et l’intensité des symptômes) et de 90% pour les femmes souffrant d’anorexie.

Il faudrait vraiment que vous soyez sur le chemin de la guérison pour vivre une grossesse pour votre bien-être et votre santé car même si la grossesse permet dans 66% des cas de diminuer les symptômes, cette grossesse ne doit pas être votre béquille pour sortir de ce cercle vicieux.

N’ayez pas honte de vous, ce n’est pas VOUS qui a choisi de souffrir de TCA, c’est une maladie, un problème de santé et non un caprice physique!


Katherine-Roxanne Veilleux on FacebookKatherine-Roxanne Veilleux on GoogleKatherine-Roxanne Veilleux on InstagramKatherine-Roxanne Veilleux on LinkedinKatherine-Roxanne Veilleux on PinterestKatherine-Roxanne Veilleux on Twitter
Katherine-Roxanne Veilleux
Katherine-Roxanne Veilleux
CYBERENTREPRENEURE ET BLOGUEUSE chez MaigrirSansFaim.com
Ayant souffert d’un surpoids lors de mon adolescence, je sais ce que c’est que de ne pas se sentir bien dans sa peau, de ne pas se trouver beau ou belle et de manquer de motivation pour mieux manger, bouger plus, etc. Entre 2005 et 2006, j’ai perdu 33 kilos sans suivre de régime en particulier mais en adoptant de saines habitudes alimentaires et un mode de vie beaucoup plus actif. Au fil des ans, j’ai développé une passion pour la nutrition et la cuisine puis, en 2010 j’ai créé mon premier site web dans le but de partager mes connaissances pour aider les gens dans leur perte de poids.

Posez-moi vos questions ici